CHSCT 33 du 8 novembre 2019

FO déplore l’absence, du Dasen, (qui ne vient jamais)

et des Ressources Humaines (qui venaient parfois) !

 

Le ton est donné, pas de Dasen, pas de RH

Les problèmes de conditions de travail resteront confidentielles !

Présents  :

Les représentants du personnels, le représentant du Président du CHSCT (Le Dasen ne vient jamais aux CHSCT, la conseillère de prévention départementale, le conseiller de prévention académique, 2 médecins de prévention, 1 infirmière de prévention.

Allègement de service : enfin de bonnes nouvelles … mais pas pour tout le monde

38 demandes d’allègement l’année passée, dont 24 RQTH. 12 ont été acceptés dès la rentrée 2019.

 

FO a fait porter à l’ordre du jour un bilan chiffré des allègements de service. En effet, lors de la CAPD du 10 septembre, le Dasen nous avait informés que 15 collègues étaient encore en liste d’attente pour leur allègement. C’est à dire qu’ils avaient un avis favorable du médecin de prévention mais que la Dsden leur répondait que ils n’avaient pas de moyens.

 

L’administration nous informe donc que 13 jours ont été dégagés pour ces collègues.

Il reste donc encore 2 collègues sans allègement. L’administration nous informe que ces collègues ayant accepté un temps partiel, ils n’auraient pas leur allègement.

 

Un temps partiel, ce n’est pas un allègement !

Un est rémunéré au prorata, l’autre à 100%

 

FO invite ces 2 collègues à nous saisir de leur dossier. Nous irons porter leur juste revendication.

Bilan du réseau PAS : Prévention Aide et Suivi

Il s’agit de l’accord Éducation Nationale-MGEN que FO a toujours dénoncé. On est loin de la prévention :

 

La MGEN, en lien avec le Ministère a mis en exergue 3 priorités de risques :

- RPS : Risques PsychoSocio (dépression, burn out, agression ...)

- TMS : Trouble MusculoSquelettique

- Trouble de la voix.

Ce que FO ne conteste pas.

Ce sont les actions menées qui ne sont pas à la hauteur des enjeux.

 

Des actions bien en-deça des enjeux :

 

  • Mesures de prévention des RPS: Ce sont les fameux entretiens avec des psychologues dans les locaux de la MGEN, de façon anonyme.

FO a toujours dénoncé ces pseudo- mesures qui viennent trop tard puisque l’agent est déjà en souffrance au travail. Les mesures de prévention doivent se prendre en amont.

 

Les collègues ne sont pas dupes, c’est un échec cuisant !

Les chiffres en attestent. Même la MGEN le reconnaît.

 

La MGEN fournit des créneaux d’1/2 H d’entretien à raison de 4h tous les 15 jours.

Mais il n’y a eu que 62 entretiens pour toute la Gironde en 2017 !

 

  • Mesures de prévention TMS et voix: des formations au PAF et PDF (Plan académique et départemental de formation)

 

FO se félicite de telles formations MAIS dénonce le fait qu’elles soient en formation « modulaire ». Ce sera sur le temps libre, en bénévolat !

MGEN : « Ceux qui ont fait l'effort de venir, le mercredi après-midi, en ressortent très contents ! »

 

FO intervient :

Nous comprenons que les enseignants puissent choisir des formations d’ordre pédagogique. Mais nous dénonçons le fait qu’elles soient obligatoires. Le Ministre n’a pas à imposer des formations Maths Français. Les enseignants sont assez grands pour savoir ce dont ils ont besoin.

 

D’un point de vue Santé et Sécurité au Travail, FO alerte : c’est une grave erreur de ne considérer les enseignants que comme ayant besoin de formations pédagogiques. Les enseignants sont aussi des travailleurs qui doivent pouvoir se former sur les bons gestes à avoir devant leur ordinateur, en maternelle, comment préserver leur épaule, leur dos, leur voix …

De telles formations doivent avoir lieu dans le cadre des 108H00 et non de façon bénévole.

En fin de carrière, l’addition est souvent lourde.

Agression d’enseignants par adultes

FO ne cesse de le répéter, les conditions de travail se dégradent au fil des contre réformes :

Disparitions des rased, segpa, itep, ime, réforme des Psy scolaires, inclusions systématiques, médecine de prévention aux moyens insuffisants, médecins scolaires en voie de disparition…

Les enseignants sont désormais confrontés aux agressions d’adultes, souvent des parents.

 

La situation est telle que l’IENA vient nous expliquer le « protocole » mis en place par la Dsden :

«  Nous recevons systématiquement le Directeur agressé. Nous avons classé les agressions selon divers niveaux : Cris, violences … . Nous faisons un accompagnement personnalisé de la gestion des plaintes et de la protection fonctionnelle. Nous procédons à de nombreuses exclusions. Nous dialoguons avec le Procureur. »

 

 

Question :

« Vous recevez les directeurs qui sont agressés mais  concernant les autres collègues ? »

Réponse :

Petit « oui, on les reçoit aussi » timide.

Commentaire :

Vous serez plus probablement convoqué si vous êtes directeur/trice.

 

Question :

« Vous venez de nous parler d’exclusion, donc il est possible d’exclure des élèves de l’école ».

Réponse :

« Il s’agit d’exclusion des familles de l’école. Ils n’ont plus le droit de rentrer dans l’école si ils ont agressé un enseignant. Sauf, en maternelle, où ce n’est pas possible ».

Commentaire : si vous êtes agressés en maternelle, et bien votre agresseur viendra vous voir tous les jours, plusieurs fois par jour  …

 

FO alerte :

Le syndicat est désormais très (trop) souvent sollicité par des collègues qui se font agresser sur leur lieu de travail par des parents : injures, insultes, diffamation, violences physiques, menaces, menaces de mort, dénonciations calomnieuses, lettres anonymes …

 

Ne rester par seuls, alerter immédiatement Force Ouvrière.

 

Nous vous soutiendrons : Rdv ien, plainte, Article 11 protection fonctionnelle, Fiche Santé Sécurité au Travail, accident de service ...

Attention aux instructions de la hiérarchie qui vous poussent à porter plainte seul.

 

Exemple :

FO a fait mettre à l’ordre du jour le cas d’une collègue. Agressée sur son lieu de travail par une mère d’élève, venant chercher ses enfants à la sortie de l’école et qui apprend que les services sociaux sont déjà venus les chercher.

Le parent est très agressif avec l’enseignante et saccage la salle des maîtres.

 

FO dénonce le fait que la collègue se retrouve face à ces parents, en première ligne, à devoir leur expliquer la situation. Les parents réagissent à chaud et la situation est potentiellement explosive.

Pour FO, les collègues sont clairement en danger grave et imminent !

 

Réponse de l’ien adjointe :

« Ce genre de cas est très rare. Il faut exiger que les parents aient été avertis par les services sociaux avant l’entrée dans l’école. En cas de problème vous pouvez solliciter les forces de l’ordre."

 

Commentaire :

Et l’enseignant est laissé seul face à la situation. Une fois de plus !

FO a informé la hiérarchie de cette problématique. En cas d’agression, nous saurons le leur rappeler.

Bilan de la médecine de prévention

Pour la première fois, le service a pu faire un bilan de son travail. En effet, le logiciel utilisé par le ministère n’a qu’une portée comptable et aucune utilisation possible sur le qualitatif. C’est donc en plus de l’utilisation de ce logiciel que les médecins ont pu nous livrer ces chiffres, et nous les en remercions.

 

En Gironde : 1 médecin de prévention pour 13.000 agents soit 10 fois moins de médecins que dans le privé !

 

Répartition du Temps de travail des médecins de prévention :

- Allégement de service : 15 %

- Tâche administrative : 20 %

- Consultations : 50 %. En Gironde : 668 consultations dont 250 PE.

 

Les médecins constatent recevoir de plus en plus de jeunes collègues. Les enseignants du premier degré ont plus de difficultés médicales professionnelles que le second degré.

 

Contenu des consultations : Souffrance psycho-sociale en majorité représentée.

- 5 % accidents

- Rhumato 35 %

- Souffrance psychosociale 45% dont 21 % sont en lien avec le travail !

 

Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes ...

    

Articles en relation

Actuellement, il n'y a pas d'actualité.

Haut de page