Compte-rendu FO du CHSCT 33 du 28 juin 2021

Fiches sst dématérialisées, situation école de Camarsac, prise en charge des élèves par les services sociaux, temps partiels, point sanitaire ...

Déclaration préalable FO

FO fait une déclaration préalable dans laquelle elle dénonce les conditions de travail de plus en plus dégradées, le manque de remplaçants et plus généralement, le manque de postes, la surcharge de travail des directeurs ou encore la situation des AESH :

« Monsieur le Président,

Messieurs et Mesdames les membres du CHSCT33,

 

Nous arrivons au terme d'une année fatigante pour tous les personnels de l'Education Nationale qui ont vu leurs conditions de travail largement mises à mal non seulement du fait des dispositions sanitaires mais aussi parce que ces dernières ont mis en exergue les faiblesses de notre système de gestion des personnels.

Le manque crucial de remplaçants notamment, que ce soit dans le premier ou le second degré, avec l'impossibilité de brasser les élèves sur la fin de l'année, a amené les personnels à subir des tensions et des pressions en tous genres (des collègues, des familles, de la hiérarchie...). Alors que le manque de postes est dénoncé depuis plusieurs années, avec la crise sanitaire, il est apparu flagrant que pour faire face aux absences pour raison de santé, pour motif syndical, pour éviction etc... le compte n'y était pas.

Sans oublier les directeurs qui croulent sous les injonctions toujours plus nombreuses, et ce ne sont pas les contractuels, non formés, pas toujours faciles à recruter dans notre département, qui ont été d'une grande aide pour les équipes... et que dire de leur détresse face à des classes perturbées qu'ils ont eu, pour beaucoup, du mal à gérer ?

 

A cela s'ajoutent les difficultés liées aux AESH, qui n'ont aucun statut, un salaire de misère et qui, avec un nombre d'heures mutualisées pour plusieurs élèves, se voient partagées sur plusieurs classes et ne peuvent aider que partiellement les enseignants qui le reste du temps se sentent démunis face à des élèves à besoins particuliers dont ils ne peuvent pas s'occuper de manière appropriée en plus de leurs classes souvent à gros effectifs.

Par ailleurs, les PsyEN voient augmenter de manière exponentielle leur charge de travail : faute de moyens, les élèves ne pouvant bénéficier d'un accompagnement à hauteur de leurs besoins (AESH, Psychologue scolaire, structures spécialisées...), ce sont les enseignants qui doivent composer pour inclure, comme ils le peuvent, des élèves en milieu ordinaire, sans que leur employeur tienne compte des difficultés psycho-sociales que cela engendre.

L'inclusion, oui, mais pas sans les moyens qui vont avec !

 

C'est dans ce contexte d'épuisement général que nous vous demandons de revoir les conditions d'attributions des temps partiels, et notamment pour les personnels en fin de carrière. En effet, ces derniers se voient souvent obligés de se mettre en arrêt de travail pour faire face à de la fatigue accumulée, du surmenage.

L'employeur se doit de protéger la santé physique et morale de ses personnels : le temps partiel est un dispositif indiqué et demandé pour soulager les personnels... mais accordé à des conditions trop restreintes.

 

Enfin, suite à la problématique concernant les élèves récupérés sur temps de classe par les services sociaux, FO prend acte, après deux ans de bataille sur le sujet, qu'un début de réponse ait été apporté lors de l'audience que le DASEN adjoint nous a accordée : un guide social de 6 pages sur l'aide à l'enfance et les services sociaux aurait été édité et devait être présenté en conseil d'IEN la semaine suivante pour être ensuite diffusé aux directeurs. Ce volet devrait également faire partie de la formation des futurs directeurs.

FO rappelle à l'administration que non seulement un guide ne pourrait se suffire à lui-même et ne saurait transférer la responsabilité de l'administration aux personnels, mais que surtout nous attendons de voir si le problème précis évoqué (laisser l'enseignant en première ligne face aux parents après que les services sociaux sont venus récupérer un enfant sur temps de classe) est traité de façon concrète... Les enseignants ne doivent plus se retrouver seuls et menacés dans de telles situations.

 

 

Merci pour votre écoute.

 

Magali Darcy, Cindy Garcia, Christophe Grimaux et Isabelle Haye, pour  la FNEC FP FO. »

 

Pas très loin du mépris… voire même très près !

Suite à notre déclaration, le Secrétaire Général n’a fait aucun commentaire… est-ce le signe d’un désintérêt ou au contraire la reconnaissance d’évidences qu’il ne peut que déplorer au même titre que nous ?

Quoi qu’il en soit, à défaut de réponses immédiates, FO s’attend toujours à des engagements concrets. Et c’est bien dans cette optique que des explications ont été demandées quant au nombre de CHSCT tenus cette année (3 au lieu de 4) : « Faites-en 3 de bien, ça sera déjà bien ! », se voit-on répondre !

Faire bien oui, mais sans les décisions qui devraient faire suite à nos revendications… Comment ?

Suivez le guide… en plus il n’y a même pas besoin de le payer !

De même que le « guide » social de 6 pages sur l’aide à l’enfance et les services sociaux annoncé lors de la dernière audience avec le DASEN adjoint, il est rappelé l’existence du guide sur les « élèves à besoins éducatifs particuliers », accompagné de 25 fiches en ligne (Service Ecole Inclusive).

Alors avec tout ça, si vraiment on n’y arrive pas, c’est qu’on n’y met vraiment pas du nôtre !

Non, c’est vrai, les formateurs, les AESH, les psychologues scolaires, les établissements spécialisés… c’est surfait ! Ou coûteux ? Ah oui, c’est peut-être ça !

CHSCT : Commission d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de santé au travail. L’administration semble avoir oublié le rôle des représentants syndicaux dans cette instance…

Alors que nous demandions un point de situation sanitaire au lundi 28 juin, avec notamment le nombre de personnels en arrêt de travail pour la période mai-juin et les personnels en ASA, le conseiller de prévention académique s’étonne et se demande à quoi ces chiffres peuvent nous servir…

En fonction du nombre de personnels en arrêt et au regard des difficultés de remplacement, cela nous permet de mettre l’accent sur les risques psycho-sociaux engendrés par les tensions liées à cette situation : les personnels subissent des pressions en cas d’arrêts de travail de la part des familles, des collègues, de leur hiérarchie… Alors oui, non seulement ces chiffres nous sont utiles et nous continuerons de les demander.

Pour FO, la solution réside essentiellement dans l’augmentation des postes !

 

On ne sait pas… et on ne cherche pas à savoir !

Quant à la question de savoir combien il y a eu - parce qu’il y en a eu - de réorganisations pédagogiques (rebrassage des niveaux de classes en cours d’année faute de remplaçants), aucun chiffre disponible pour la DSDEN !

Pour FO, il n’est pas concevable que la hiérarchie ne sache pas quels enseignants sont impactés par des décisions pédagogiques qui peuvent générer une surcharge de travail, du stress et mettre leur santé en danger.

C’est comme si c’était fait, ou presque !

Suite à l’intervention de FO , notamment en audience avec le DASEN adjoint, l’école de Camarsac devraient voir ses locaux rénovés durant l’été.

FO veillera à ce que les engagements pris soient tenus.

Vers des fiches SST dématérialisées ?

Après avoir été expérimentées dans les Landes, il est question de mettre en place un système d’envoi direct des fiches SST,  le but étant d’éviter les éventuels « oublis » de transmission en passant par la voie hiérarchique. Le bilan de l’administration est mitigé pour l’instant car il y a beaucoup de dysfonctionnements. Il sera peut-être généralisé à la fin des vacances de toussaint 2021

FO met en garde contre ce système qui tendrait à tenir à l’écart les organisations syndicales. N’hésitez pas à nous associer à vos démarches afin que nous puissions continuer à défendre vos dossiers !

 

Un temps partiel pour soulager les collègues en fin de carrière ? Trop cher !

Aucun temps partiel réglementaire n’étant prévu pour soulager les personnels en fin de carrière, FO est à l’initiative d’un avis lu en séance : « Le temps partiel permet de concilier vie professionnelle et vie personnelle. Le temps partiel participe à l'amélioration de la santé au travail. La limitation des temps partiels pour les personnels en Gironde rend difficile l'exercice d'une profession de plus en plus exigeante. Par exemple,  les temps partiel sur autorisation pour raisons médicales ou éloignement de conjoint ne sont pas accepté. De plus, les collègues en fin de carrière n'ont plus accès à la cessation progressive d'activité. Dans une société où le rythme de travail s'accélère et où  l'âge de départ à la retraite recule, il est plus que nécessaire que les collègues en fin de carrière aient accès à un temps partiel.

Les représentants du CHSCT 33 demandent au Directeur Académique d'accorder tous les temps partiels sur autorisation à 75 et 50 % aux personnels qui en font la demande,  quel que soit le motif.

Ils demandent au Dasen de procéder aux recrutements nécessaires pour que la ressource en personnels ne limitent pas l'accès au temps partiel dans notre département. »

 

Ce à quoi le médecin de prévention répond que « Oui, on est plus fatigué à 55 ans qu’à 40 ans ! » et que les demandes sont étudiées au cas par cas si une situation médicale l’exige.

Or, FO ne peut que constater que beaucoup de temps partiels sur autorisation sont refusés !

Toujours pas de commentaire du Secrétaire Général… Encore une fois, sans s’attendre à ce qu'il sorte une nouvelle circulaire de sa poche, un minimum d’intérêt sur cette question aurait été, si ce n’est attendu, au moins apprécié.

Mais on le sait, le nerf de la guerre…

Dommage que les économies se fassent (encore) au dépend de la santé des collègues.

 

    

Articles en relation

Haut de page