n°15 : Police Nationale débarque dans une école de Mérignac, FO soutient le directeur / 1600 postes supprimés : le 1er degré n'est pas épargné !

La Police Nationale débarque dans une école et somme le directeur de fournir un certificat de scolarité

Mardi 25 septembre 2018, Mérignac

 

Vendredi 21 septembre, une personne demande au Directeur d’École un certificat de scolarité pour une élève scolarisée entre 2009 et 2011 dans son école. La période étant ancienne, le directeur doit faire des recherches dans les archives et invite cette personne à reprendre rendez-vous lorsqu’il aura effectué les recherches et établi le document.

 

Ce matin à 9H30, alors que le directeur est dans sa classe au deuxième étage, la personne sonne à l’école et souhaite la remise immédiate du certificat de scolarité.

Le Directeur lui explique, qu’étant en classe, il ne peut quitter celle-ci et lui rappelle qu’il l’avait invitée à prendre rendez-vous. Il lui propose de revenir à un moment où il pourra la recevoir par exemple à la pause méridienne.

 

Mais une demi-heure plus tard, cette personne, escortée par 3 fonctionnaires de la Police Nationale, se présente à nouveau devant l’école. La Police Nationale sonne à l’interphone et donne l’ordre au directeur d’école de leur ouvrir l’école.

Ces fonctionnaires, ne connaissant absolument pas le fonctionnement d’une école, demandent où se trouve le secrétariat.

Le directeur leur explique qu’il n’y en a pas, les informe qu’il a laissé sa classe qui se trouve donc sans surveillance et qu’il souhaite y retourner au plus vite.

Mais les fonctionnaires de Police lui donnent l’ordre de remettre le certificat de scolarité 2009-2011 à l’intéressée immédiatement. La discussion durera de longues minutes dans le bureau du directeur.

 

Malgré les pressions de la Police Nationale, il tiendra bon et ne remettra pas le certificat. Celui-ci a été remis à 13H45.

 

Il essaiera également en vain de prendre attache avec son IEN, injoignable.

 

Fortement choqué par la violence de l’incident, le directeur n’a pu continuer d’assurer son service. Il est actuellement en arrêt de travail.

 

Le SnudiFO rappelle :

- Que les directeurs d’école reçoivent uniquement sur rendez-vous.

- Que les policiers nationaux ne sont pas les supérieurs hiérarchiques des enseignants.

- Que la venue de la Police Nationale dans une école est strictement encadrée par la Loi, et que la remise d’un certificat de scolarité ne revêt aucun caractère d’urgence.

- Que notre collègue était dans son bon droit.

 

Le SnudiFO soutient ce collègue :

- Rédaction d’un fiche Santé Sécurité au Travail transmise au CHSCT33

- Déclaration d’accident de service

- Compte-rendu écrit à son IEN

 

Le SnudiFO dénonce de tels agissements :

-  Pourquoi la Police Nationale a-t-elle débarqué dans cette école ?

- Quels sont les faits reprochés au directeur ?

- Et la prochaine fois, la Police embarquera-t-elle, menottes aux poings, le directeur ou la directrice qui n’a pas rédigé assez vite le certificat de scolarité ?

 

La FNEC FP FO 33 se tourne vers la hiérarchie et écrit au Recteur afin que celui-ci apporte de façon claire tout son soutien à ce directeur d’école et fasse cesser de tels agissements auprès des autorités compétentes !

2 600 postes supprimés : Le 1er degré n’est pas épargné !

snudi-20-09-2018 - 2600 postes supprimés par le ministre(8)-page-001.jpg

    
Haut de page